COVID

 

  Emile RAFOWICZ

psychanalyste, médecin directeurs de CMPP,

membre de l’APLP

 

 

 

Le confinement et les gestes barrières : que peut en penser un psychanalyste ?

 

Depuis le 16 mars 2020, les français ont découvert un nouveau mot, un nouveau signifiant : le confinement. Tous confinés, à décréter notre gouvernement. Ce confinement aura duré 55 jours et avait valeur d’un interdit s’il était enfreint, passible même d’une amende, assignant les français à résidence surveillée. Bref, une réclusion soft mais disait-on, nécessaire, doublée de gestes barrières : masque, éloignement des personnes rencontrées, gel Hydro-alcoolique. En un mot, interdit de toucher l’autre et a fortiori de l’embrasser. L’être humain était donc enjoint de s’isoler pour ne pas se contaminer et contaminer à son tour par la Covid, devenue entretemps du genre féminin.

Ce préambule nécessaire et sommairement descriptif indique à quel point notre condition de personnes-citoyennes s’est vue infliger officiellement le fameux interdit du toucher dont Freud a souligné le lien direct et l’expression des deux grands interdits majeurs qui organisent notre pensée : l’interdit de l’inceste et le meurtre du père (le parricide), qui tous deux nécessitent le bien connu » présentiel » des protagonistes du drame.

En sommes, ce qui nous est recommandé n’est ni plus ni moins de ne point commettre ce toucher incestuel et parricidaire si l’on se place du point de vue analytique.

 

De fait, dans la légende d’Œdipe, inceste et parricide y sont commis dans un contexte historique précis : la ville de Thèbe est, comme nous l’indique l’histoire d’Œdipe, une fois roi et ayant réalisé son destin oraculaire (tué son père Laïos et épousé sa mère Jocaste), la ville de Thèbe connait la peste (de la famille COVID) que seule la vérité sur l’identité du meurtrier de Laïos, l’ancien roi, peut libérer de cette épidémie.

 

Tout ce périple mythologique grecque et freudien nous amène à considérer notre époque Covidienne comme un retour du refoulé spectaculaire.

 

A cause de la Covid (qui n’est pas non plus la Sphinge… « mais tout de même »), nous voilà confrontés à notre condition d’êtres parlants asservis à nos filets d’interdits qui structurent notre pensée et nous forcent à les travailler si l’on veut tenir compte des multiples conséquences et des après-coups que nous connaissons aujourd’hui sur nos affects, nos comportements, nos liens aux autres, et bien entendu, si l’on ne veut pas s’en laver les mains de cette condition humaine dans le pré et post-Covid.

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook App Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now